Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Suite au confinement, c'est la panique dans les refuges : "On ne sait plus où mettre les chatons"

Lundi 27 Juillet 2020 | Par Anaïs Drux

C'est un véritable débordement massif de chatons auquel font face les refuges. La cause ? Le confinement, qui a empêché les associations de poursuivre leurs campagnes de stérilisation des chats errants. La nature a ainsi pu reprendre le dessus pendant cette parenthèse, et les associations doivent réparer les pots cassés... tant bien que mal.

La SPA de Rennes a lancé l'alerte. C'est Jennifer Gavelle, la responsable du refuge, qui a confié son désespoir à France 3 Bretagne : "On vit un cauchemar, surtout avec les chatons qui arrivent de partout".

Chaque été, l'invasion des chatons

Le cauchemar de la saison des chatons, c'est chaque année pour les refuges de France. En temps normal, les refuges peinent déjà à gérer cette période délicate qui se superpose à celle des abandons estivaux, car la période de naissance des chatons intervient du printemps à l'automne. Malheureuse coïncidence... 

À ce jour, les associations manquent toujours d'aide gouvernementale pour faire face à ce rendez-vous annuel. Il n'y a que très peu de communes qui proposent une aide financière pour la stérilisation des chats errants. Les bénévoles font donc leur maximum avec les petits moyens qui leur sont donnés, ce qui ne permet évidemment pas d'endiguer totalement le phénomène. Sans parler des propriétaires d'animaux qui ne stérilisent pas leurs chats et les laissent divaguer, ou bien encore font volontairement reproduire leurs chattes... tous les ingrédients sont réunis pour surcharger les refuges chaque été. 

chatte errante allaitant des chatons

2020, une année pas comme les autres

Mais cette année, les chiffres annoncent une situation alarmante, comme le précise la responsable de la SPA de Rennes : « La fourrière vient d’appeler pour nous annoncer l’arrivée de 90 chats la semaine prochaine, contre un maximum de 60 l’été dernier. Ça m’angoisse un peu... ».

La cause de cette année qui s'annonce particulièrement critique ? La crise sanitaire du Covid-19 et son confinement !

Il n'a effectivement pas été possible pour les associations de continuer leurs actions sur le terrain. L'autorisation du Ministère de l'Agriculture pour nourrir les chats errants n'a d'ailleurs été donnée aux associations que le 3 avril, alors que le confinement avait débuté le 17 mars ! 

Cette autorisation tardive a laissé les animaux totalement livrés à eux-mêmes. Les conséquences étaient pourtant largement prévisibles, et laissent les refuges dans une situation plus que délicate, que Jennifer Gavelle tente de gérer au jour le jour : « Il n'y a pas eu de campagne de stérilisation. Pendant le confinement, les associations étaient débordées comme nous. Et les gens ne stérilisent pas leur chat. Du coup, aujourd'hui, on se retrouve avec énormément de chatons. On pousse les murs pour les accueillir ».

Les fourrières ont également du cesser leurs activités, laissant bon nombre d'animaux sur le carreau, comme l'explique également la responsable du refuge : « Chaton percuté par une voiture, malade ou chien traumatisé par un abandon puis une période de vie dans la rue. Ça demande du temps de les remettre sur pattes et de regagner leur confiance. »

En cette fin juillet, les refuges sont donc déjà dans une situation désastreuse, alors que les naissances de chatons sont loin d'être terminées, et que les abandons augmentent. Il sera bien difficile de faire face, d'autant que le gouvernement a refusé de créer un fonds d'aide financier pour aider les organismes de protection animale à survivre aux conséquences de la crise sanitaire. 

Malgré une aide urgente de la Fondation 30 millions d'amis qui a débloqué 1,3 million d'euros, les refuges et associations prévoient donc actuellement le pire. Une année bien noire pour les animaux également...

groupe de chats errants

Un espoir avec le soutien du public

Ce que peuvent espérer les refuges et associations, c'est une attention particulière des amis des animaux, cette année encore plus que les autres ! 

Aides matérielles ou financières au travers de dons, mais également au travers d'adoptions. Comme Manon par exemple, rencontrée au refuge de Rennes par France 3 Bretagne, qui est venue adopter un chaton volontairement pendant cette période difficile : "On aurait pu trouver des chats à donner sur Facebook mais on voulait profiter de faire une bonne action en prenant un chat à la SPA pour désengorger le site".

Vous avez aussi le désir d'adopter un chaton ? Rendez-vous dans notre rubrique adoption qui réunit 700 associations françaises et plus de 5000 annonces ! Cliquez ici !

Les campagnes de communication pour la stérilisation des chats se font particulièrement intensives également sur les réseaux sociaux, accompagnant les appels au secours des petites et plus grandes associations. Il est primordial que les propriétaires de chats comprennent l'importance de pratiquer cet acte, qui réduirait de manière significative la détresse animale. 

Reste à espérer que cette année, cet appel soit un peu plus entendu.

A lire aussi : "On avait dit STOP" : les bénévoles trouvent une caisse abandonnée et doivent faire un choix déchirant

# chaton, abandon, SPA, refuge
Crédits photo :

Shutterstock

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)