Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • <p>Assurance pour chien et chat</p>
Logo wamiz

Maison de l’horreur : la présidente d’une association de défense des animaux jugée pour cruauté sur des chats !

Mardi 05 Mars 2019 | Par Elise Petter

Des dizaines de cadavres de félins avaient été retrouvés à son domicile en novembre dernier.

C’est à Biot dans les Alpes-Maritimes que débute toute cette affaire en novembre dernier. A cette époque, des bénévoles alertés par des riverains découvrent – sous le choc – une dizaine de cadavres de chats au domicile de la présidente de l’association Paradise Cats. Mais l’horreur ne s’arrête pas là. En plus des corps de ces chats, ce sont une centaines d’autres félins qui sont en souffrance, visiblement amaigris et dans un état de santé inquiétant.

Comment une telle situation a-t-elle été possible ? En fait, la présidente de l’association (qui recueille des chats abandonnés !) a été expulsée de son domicile et a abandonné tous les chats dont elle avait la charge. Seuls, les chats ont commencé à dépérir à petit feu.

Un procès attendu

Poursuivie pour mauvais traitements et actes de cruauté envers un animal domestique, la femme de 59 ans devra répondre de ses actes à compter de ce mardi face au tribunal correctionnel de Grasse. Selon les premières expertises, le jugement de la présidente de l’association serait altéré.

Evidemment, tous les chats trouvés au domicile de la femme ont été placés dans diverses associations et pris en charge.

A lire aussi : Les chroniques de Maître Terrin : Pour Glitter, Obama et Baguerra, 3 chatons morts dans d'atroces souffrances

# cruauté
Crédits photo :

Shutterstock (Photo d'illustration)

3 commentaire(s)
encore des innocents qui sont morts !!! étant présidente d 'une association elle savait que ces animaux étaient en grand danger !!!! trop facile de la juger "dérangée mentalement "
Voilà un extrait de l'article de France Info correspondant à cette affaire :
"Les expertises psychologiques ont fait état de troubles psychiatriques pouvant altérer le discernement de l'accusée.
Le procureur a requis une peine de 16 mois de prison dont 6 avec mise à l'épreuve. Une interdiction définitive de détenir un animal, l’impossibilité d’exercer toute profession en lien avec des animaux pendant cinq ans et une obligation de soins ont également été demandés."
Le jugement a été mis en délibéré au 4 avril prochain. Mais n'est-ce pas trop facile de mettre en avant un désordre psychologique ? J'ai la nette impression que ce jugement ne rendra pas justice à ces pauvres chats, une fois de plus. Il faut en finir avec les interdictions de détention d'un animal pour 5 ans, il faut que ce soit à vie surtout dans le cas de cette femme. J'espère que la demande du procureur de 10 mois de prison ferme plus 6 mois avec sursis sera suivie, ce n'est pas trop comparé à la souffrance endurée par ces chats et à la mort qui a emporté certains d'entre eux.
Il n'y a pour le moment aucune information sur le verdict de cette triste affaire. Sur internet, j'ai trouvé des photos que je déconseille aux âmes sensibles, je regrette même de les avoir vues tant c'est horrible. Je reste en attente du jugement.
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)