Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
Logo wamiz

Interview de Jean-Louis Fournier : "Les animaux ne sont pas les esclaves des hommes, et nous ne sommes pas leurs maîtres !"

Vendredi 30 Octobre 2020 | Par Nathalie D'Abbadie

A la suite de la publication de son livre "Merci qui ? Merci mon chien », la rédac de Wamiz a interviewé Jean-Louis Fournier, auteur de nombreux ouvrages et grand ami des animaux. L’occasion de pratiquer la gratitude pour tout ce que nous donnent les animaux !

Jean-Louis Fournier, auteur du livre "Merci qui ? Merci mon chien", a échangé avec la rédac de Wamiz au sujet de son amour des animaux, la relation homme-animal, et tout ce que nous devons aux animaux qui illuminent nos vies.  

Votre dernier livre "Merci qui ? Merci mon chien" rend hommage aux animaux. D'où vous est venue cette envie ?

Quand j’étais petit, on m’a toujours obligé à dire merci à tout le monde : Merci Monsieur, Merci Madame, Merci Mon Dieu… Quand je disais simplement merci, on me disait « merci qui ? merci mon chien ? ». Comme si c’était absurde de dire merci à un chien !

Mais ce n’est pas absurde de remercier les animaux ! On devrait dire merci aux animaux, ils le méritent car ils enchantent la vie des humains.

Beaucoup d'animaux de compagnie sont abandonnés dans la nature, maltraités... Pensez-vous que les Hommes méritent vraiment les animaux ?

Je pense que la majorité des humains méritent les animaux. Les animaux de compagnie sont très bien soignés, car les gens veulent les rendre heureux.

A mes yeux, il ne faut pas d’excès en la matière, où l’on voit les personnes déguiser leurs animaux ou leur parler comme à des enfants. Il ne faut pas non plus en faire des peluches, des enfants ou des jouets : les animaux ont une identité tout à fait particulière.

Ce ne sont pas des substituts d’humains : ils ont des qualités et défauts que n’ont pas les humains ! Je pense qu'il faut du respect pour la différence et du respect pour les animaux.

Les animaux sont si beaux, si extraordinaires… Dans les paradis terrestres peints par Rembrandt ou Rubens, on voit Adam et Eve dans des tableaux remplis d’animaux. Le paradis n’existerait pas sans eux !

Votre chatte, prénommée Artdéco, intervient dans le livre. Pouvez-vous nous la présenter ?

Elle est absolument charmante et a de beaux yeux vert pâle ! Je m’intéresse beaucoup à l’Histoire de l’art, et comme ma chatte a un pelage noir et blanc, j’ai voulu l’appeler Artdéco en référence au mouvement artistique qui préconise ces couleurs.

Je l’aime beaucoup et je pense que c’est réciproque ! D’ailleurs, nous avons écrit mon dernier livre ensemble, et quand nous l’avons terminé, elle m’a dit : « Je suis fière de toi, tu mérites d’être un animal ! » C’est le plus grand compliment qu’on puisse faire à un homme.

Jean-Louis Fournier
Crédit photo : © Brigitte Baudesson

Qu'est-ce qui vous séduit chez les animaux ?

J’aime tous les animaux : j’ai été fermier pendant deux ans, et j’ai eu 70 vaches. Le monde animal me rassure car il ne raconte pas n’importe quoi. Les animaux ne nous parlent pas, et quand on ne dit rien on ne dit pas de bêtises.

Au final, j’aime les relations muettes, car c’est facile de dire à quelqu’un qu’on l’aime ! Chez les bêtes, on ne se raconte pas d’histoires, on ne fait pas semblant. C’est bien plus fascinant que les humains qui passent leur temps à parler d’eux. On peut tout imaginer car on ne sait pas ce qu’ils pensent !

Dans votre livre, vous utilisez le terme "maître" pour parler des humains qui ont des animaux de compagnie, c'est d'ailleurs le terme le plus répandu. Pensez-vous que c'est le plus juste pour décrire la relation que l'on peut avoir avec son animal ?

Je le trouve très embêtant, ce mot « maître ». Car un maître suppose un esclave, et les animaux ne sont pas les esclaves des hommes, et nous ne sommes pas leurs maîtres ! Ce sont des compagnons qui ressentent des choses et ont des prémonitions, on le sait bien.

Descartes, pourtant un grand philosophe, s’est lourdement trompé quand il a dit que les animaux n’ont pas de sensibilité ou d’émotions, qu’ils ne sont que des machines. Il avait dû boire ce jour-là, c’est hallucinant ! Il suffit de voir l’émotion dans les yeux des animaux pour savoir qu’ils ont des sentiments.

Quel est votre animal préféré ?

Je n’ose pas dire que j’adore les chats car c’est tellement banal ! Mais j’adore le mystère, la grâce, l’indépendance et la beauté des chats. Quand ils marchent, j’ai l’impression que leurs mouvements sont dirigés par un chorégraphe !

Quand je vois des petits chats, je suis bouleversé par leur beauté, ils sont extraordinaires. J’avoue que quand je vais dans une maternité, je suis moins bouleversé. Les bébés ne sont pas tous beaux à la naissance, même s’ils peuvent devenir beaux après.

Avec mon livre, j’ai voulu dire merci aux animaux qui ne demandent jamais rien. Je suis touché par tout ce qu’on leur doit. La vie des hommes peut être très difficile, et les animaux sont d’une grande aide. Ils ont de l’humour, ils sont gais, ils m’ont donné envie de vivre !

Je suis bien content que les animaux soient sur terre. J’ai imaginé un monde sans animaux, mais ce serait épouvantable. Une Terre sans femmes et animaux, c’est mon plus grand cauchemar – mais je ne dis pas dans quel ordre je les préfère !

*

Merci à Jean-Louis Fournier pour cette interview qui fait réfléchir sur notre relation aux animaux ! Retrouvez son livre « Merci qui ? Merci mon chien » chez votre libraire ou sur Amazon :

Merci qui merci mon chien jean louis fournier

A lire aussi : Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot : "La cause animale s’accélère en France : c’est du jamais vu !"

A voir aussi :

# livre animaux
Par Nathalie D'Abbadie Crédits photo :

Photo de couverture © H.Heiderscheid

0 commentaire(s)
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)