Publicité

À quoi pensent nos chiens ? Une étude scientifique montre qu’ils n’ont pas d’yeux que pour nous

À quoi pensent nos chiens ? Une étude scientifique montre qu’ils n’ont pas d’yeux que pour nous dog-wow © Shutterstock StunningArt

Une nouvelle étude scientifique a dévoilé les pensées de nos toutous. L'objectif était d’observer comment les chiens reconstruit mentalement ce qu’ils perçoivent. 

Par Elodie Carpentier

Publié le

Le monde scientifique continue de décoder les capacités cognitives du chien. Le journal of Visualized Experiments a publié des recherches effectuées à l’Université Emory (Etats-Unis) sur le cerveau des canidés. 

Les chiens sont plus sensibles aux actions

Le but était d’observer comment les chiens reconstruit mentalement ce qu’ils perçoivent. Les résultats relayés par la chaîne américaine CNN suggèrent que les canidés sont plus sensibles aux actions dans leur environnement plutôt qu’aux objets. 

Pour arriver à ce résultat, les chercheurs ont analysé un scanner de deux chiens _ Daisy et Bhubo _ éveillés et non retenus alors qu'ils regardaient des vidéos en trois sessions de 30 minutes. Les docteurs ont ensuite utilisé un algorithme d'apprentissage automatique pour analyser les modèles dans les données neuronales.

« Nous avons montré que nous pouvons surveiller l'activité dans le cerveau d'un chien pendant qu'il regarde une vidéo et, au moins dans une certaine mesure, reconstruire ce qu'il regarde », explique Gregory Berns, professeur de psychologie à Emory et auteur correspondant de l'article.  « Le fait que nous soyons capables de faire cela est remarquable. »

Fournir des informations sur la nature de la perception

Cette étude est inspirée des avancées scientifiques sur l’apprentissage automatique et de l’IRMf pour décoder les stimuli visuels du cerveau humain. L’intérêt est ainsi de fournir de nouvelles informations sur la nature de la perception. 

Le projet s'est inspiré des avancées récentes de l'apprentissage automatique et de l'IRMf pour décoder les stimuli visuels du cerveau humain, fournissant de nouvelles informations sur la nature de la perception. Au-delà des humains, la technique n'a été appliquée qu'à une poignée d'autres espèces, y compris certains primates.

À lire aussi : Cette étude atteste que la perte d’un chien fait aussi mal que la perte d’un proche

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter