Publicité

Ses six chiots affamés devaient cohabiter avec leurs excréments : il est condamné par la justice

Chiots Bergers australiens dog-angry © Shutterstock Julia Remezova

En 2021, l’association Stéphane Lamart est intervenue pour sauver ses six chiots qui vivaient dans des conditions dramatiques. 

Par Elodie Carpentier

Publié le

Un homme accusé de maltraitance animale a écopé de deux amendes de 500 euros, par le tribunal de police d’Évry-Courcouronnes, pour « mauvais traitement et maintien dans un habitat ou un environnement pouvant être cause de souffrance ». Outre ces amendes, l’accusé a été condamné à 2500 euros de dommages et intérêts et a désormais interdiction de détenir un animal pour une durée de trois ans. 

Seuls et affamés dans une cour de 9m2

Comme le révèle le Parisien, cette histoire de maltraitance animale commence en juillet 2021 dans un pavillon de Brunoy (Essonne). Dans ce logement, six chiots Bergers Australiens vivaient dans des conditions dramatiques. Ils ont été découverts seuls et affamés dans une petite cour d’à peine 9 m2. Comble de l’horreur, les chiots devaient cohabiter avec leurs propres excréments. 

Deux chiens adultes ont également été découverts mais ont été laissés sur place car ils ne présentaient pas de signe de mauvais traitement et possédaient un carnet de santé à l’inverse des chiots. 

Les animaux confiés à l’association Stéphane Lamart 

Ce sont les voisins qui ont donné l’alerte en découvrant l’état des pauvres petits chiots. Deux enquêtrices de l’association Stéphane Lamart se sont rendus sur place pour constater de la maltraitance : « Aux policiers du commissariat de Montgeron, le propriétaire a déclaré que les chiots vivaient dehors le temps qu’il nettoie leur pièce de vie », a précisé Me Laure Vayssade, l’une des avocates de l’association.

Les chiots ont été confiés à l’association de Stéphane Lamart et sont actuellement dans des familles d’accueil. 

À lire aussi : Les actes de maltraitance sur les animaux ont augmenté de 30% depuis 2016

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter