Publicité

Les actes de maltraitance sur les animaux ont augmenté de 30% depuis 2016

Chien errant seul dog-cat-serious

Chien errant seul

© RachenStocker / Shutterstock

Selon un communiqué de presse du Ministère de l'Intérieur daté du 28 octobre 2022, les violences dont les animaux sont victimes seraient en nette progression. 

Par Anaïs Drux

Publié le

L'analyse effectuée par le SSMSI (service statistique en charge de la sécurité intérieure) met en avant des chiffres aussi précis qu'inquiétants pour nos amis les animaux. 

30% d'augmentation des violences entre 2016 et 2021

En 2021, les autorités ont enregistré 12 000 infractions visant les animaux, soit 30% de plus qu'en 2016. Une augmentation qui représente donc une hausse de 5% par an. 

Les infractions en question concernent les animaux de compagnie, de rente, apprivoisés ou en captivité. Les animaux sauvages ne sont pas inclus dans cette analyse. Le cadre de ces infractions est défini par l'article L.214-6 du code rural et de la pêche maritime, et par l'arrêté du 11 août 2006. Les animaux apprivoisés ou tenus en captivité sont protégés au même titre que les animaux domestiques depuis la loi du 19 novembre 1963.

AshimovSJ / Shutterstock©

34% de sévices graves

Si la majorité des infractions concernent des mauvais traitements avec un chiffre de 35%, il y a également dans ces délits 34% de sévices graves, chiffre pour le moins préoccupant. Il y a ensuite 14% d'atteintes involontaires à la vie ou à l'intégrité de l'animal, et 5% d'abandons. 

Même si la plupart des actes de violence sont répertoriés en zone rurale, ce sont les chiens et les chats qui sont les plus touchés par cette forme de délinquance, avec respectivement 46% et 24% d'infractions liées. 

Les motifs précis des cas de maltraitance sont établis à 38% pour les violences physiques, 12% de mauvaises conditions de vie, et 8% d'abandons. Les chiens sont les plus grandes victimes des mauvaises conditions de vie en représentant plus de trois quart des cas, tandis que les chats représentent 50% des cas de violences physiques. 

Dans cette analyse, il a également été remonté que les trois quart des mis en cause sont des hommes, dont 18% d'hommes de plus de 60 ans. 

Lors de la publication de ce communiqué chiffré, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé la constitution d'une brigade de 15 officiers spécialisés dans la lutte contre la maltraitance animale.

Malgré l'émergence pourtant visible d'une plus grande conscience collective sur les questions de bien-être animal, il semble que le combat pour la défense des animaux s'annonce toujours ardu, et qu'il est primordial de soutenir les associations qui luttent chaque jour face à l'innommable.

À lire aussi : Dans le Val-de-Marne, 73 chiens vivaient dans des conditions insalubres

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter