Publicité

Les dégâts provoqués par les chiens de l'Elysée sur le mobilier national sont au frais du contribuable

Les dégâts provoqués par les chiens de l'Elysée sur le mobilier national sont au frais du contribuable dog-wow © Shutterstock Victor Joly

Le saviez-vous ? Les dégâts provoqués par les chiens de l’Elysée sont payés par le contribuable. C’est ce que vient de révéler l’émission « Complément d’enquête ».

Par Elodie Carpentier

Publié le

Un nouveau numéro de « Complément d’enquête » s’est notamment intéressé aux dégâts que peuvent provoquer les chiens de l’Elysée sur le mobilier national.

L’Elysée fait exception

Lors de la présidence de Nicolas Sarkozy, entre 2007 et 2012, plusieurs milliers d’euros de travaux ont été nécessaires pour restaurer des meubles endommagés dans le Salon d’argent par Clara et Dumbledore, ses chiens. Mais qui règle la facture ?

Comme le révèle le magazine dont les propos ont été relayés par France TV Info , « la restauration du mobilier national qui est placé en dépôt dans une institution publique se fait aux frais de cette dernière…Mais l’Elysée fait exception ».

En effet, c’est le contribuable qui va régler la note de « ces petits accidents » : « Quand Nicolas Sarkozy était au ministère de l'Intérieur, il y a aussi un canapé qui avait atterri pour restauration au Mobilier, et qui avait été, à l'époque, abîmé, parce qu'il y avait des poils de chien, il y avait de l'urine… C'est 'après moi le déluge' ! », précise Mathilde Mathieu, journaliste à Mediapart à Complément d’Enquête.

« Malheureusement, il y a des accidents »

Les chiens de Nicolas Sarkozy n’ont pas été les seuls à faire des bêtises. Souvenez-vous, Nemo, le Labrador d’Emmanuel Macron avait provoqué l’hilarité de quelques membres du gouvernement lors d’une réunion en 2017. A l’époque, le chien adopté à la SPA s’était soulagé contre une cheminée.

D’ailleurs, les restaurateurs du mobilier national savent « qu'à l'Elysée, les chiens ont eu toujours plus ou moins l'habitude de divaguer dans les pièces », et que « malheureusement, il y a des accidents… ».

À lire aussi : Elle va dans une décharge pour sauver deux Bergers allemands : une triste surprise l’attend

Laisser un commentaire
0 commentaire
Confirmation de la suppression

Êtes-vous sûr de vouloir supprimer le commentaire ?

Connectez-vous pour commenter