Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box

Des animaux domestiques dans les prisons

Lundi 03 Mai 2010 |
animaux compagnie prison

Une expérience jamais encore réalisée dans une maison d’arrêt française se déroule actuellement à Strasbourg. Les détenus s’occupent d’animaux (chiens, rongeurs, oiseaux…) afin de surmonter leurs angoisses et leur solitude.

Une spécialiste du comportement animal, Patricia Arnoux, a été sollicitée pour mener à bien cette expérience. Sa méthode s’inspire de la zoothérapie, développée au Canada. La zoothérapie est le fait d’utiliser l’animal de compagnie comme un stimulant, un agent de motivation qui permet d’aider des personnes qui se trouvent dans des situations délicates.

Dès 2008, Patricia Arnoux a entamé des visites dans le quartier des mineurs en compagnie de son Golden Retriever. Plusieurs psychologues se partagent depuis les différents quartiers de la maison d’arrêt de Strasbourg. Les Golden Retriever ont été rejoints par des Jack Russel, et les bénéfices de la compagnie d’animaux ne font aucun doute. En effet, les détenus expriment leurs problèmes de façon plus libérée grâce à leur présence.

Des cochons d’Inde dans les cellules

Des animaux sont présents en permanence dans un endroit dédié à l’intérieur de la maison d’arrêt, et chaque détenu s’occupe de l’un d’entre eux. Certains mineurs partagent même leur cellule avec des cochons d’Inde.

Les événements de cette « petite ferme » sont importants dans la vie des détenus, des naissances jusqu’aux décès. Le fait de s’occuper d’un petit animal les responsabilise, car ils doivent penser à nourrir et veiller à bien-être des animaux.

Souvent, les détenus souhaitent montrer leur animal aux membres de leur famille lorsqu’ils viennent leur rendre visite. Ainsi, ils mettent en avant leur capacité à en prendre soin. 

Pour l’instant, la maison d’arrêt de Strasbourg est le seul exemple français de mise en application de zoothérapie. Cette expérience, qui dure depuis maintenant 2 ans, a comme but premier de prévenir les suicides en milieu carcéral.

De plus, l’introduction d’un animal dans ce milieu difficile permet de calmer certaines situations problématiques, de favoriser la socialisation des détenus et d’introduire des activités de détente, rassurantes et destressantes. Un pas en avant dans les démarches de réinsertion des détenus après une peine de prison, et un bien beau rôle pour les animaux de tous poils !

Crédits photo :

cjnzja - Flickr

8 commentaire(s)

Juliegleyze a écrit:
il y a 3 ans
Bonjour,
Je travaille chez société Cinérgie productions qui, depuis près de 15 ans, produit des films documentaires, des docu-fictions et des séries pour les chaînes de télévision françaises et étrangères.
L'un de nos projets en développement traite des animaux domestiques dans les prisons, et suit notamment le travail de Patricia Arnoux dans la maison d'arrêt de Strasbourg. Depuis une dizaine d’années, la « médiation par l’animal » tend à se développer; bien qu’en France aucune recherche scientifique ne soit menée sur ce sujet, de nombreuses études, principalement anglo-saxonnes, ont montré les bienfaits de la présence de l’animal.

La réalisatrice Florence Gaillard, au travers de son projet de documentaire "L'animal et le prisonnier", cherche elle aussi à illustrer le potentiel encourageant d'une aide qui serait délivrée par l'animal dans un milieu carcéral.


Résumé : Anita (40 ans), Roger (54 ans) et Sélim (32 ans) détenus dans deux prisons françaises (Strasbourg et Fleury-Mérogis). Ces trois prisonniers bénéficient, dans leurs établissements respectifs, d’un programme de médiation par l’animal, encadré par deux psychologues : Patricia Arnoux à la maison d’arrêt de Strasbourg, Sonia Boros pour celle de Fleury-Mérogis. La présence de l’animal apaise et facilite la parole, tel est l’un des principes sur lequel reposent ces activités « médiées » par l’animal.
L’objectif : permettre aux détenus de prendre conscience de leurs comportements et émotions et les aider à se reconstruire.

Si le projet vous intéresse, il est possible de nous aider en devenant co-producteur de "L'animal et le prisonnier".
Je vous renvoie à l'adresse suivante pour plus d'informations sur le financement et sur le film (avec notamment une présentation vidéo de Florence Gaillard) : http://www.touscoprod.com/fr/project/produce?id=750


CINÉRGIE PRODUCTIONS
33 avenue des Pyrénées
31650 SAINT-ORENS DE GAMEVILLE (TOULOUSE)
Portable : 06 82 27 61 50
e-mail: Gleyzejulie3@gmail.com


www.cinergie-productions.fr
Blog : http://pierremathiote.wordpress.com/



Nanoo a écrit:
il y a 5 ans
d'accord avec Ashes
Ashes a écrit:
il y a 6 ans
Détrompez-vous, 70% des prisonniers sont des jeunes vendeurs de drogues/consommateurs, 10% des personnes qui ont commis un accident en étant en état d'ivresse, 18% pour un crime (souvent passionnel et d'autres de désespoir). Il n'y a que 2% des prisonniers qui sont vraiment "sanguinaires", et je doute qu'on les mélange avec les autres. Les animaux sont de très bons moyens pour préparer une personne à sortir de prison et retrouver la réalité. Ils n'ont d'ailleurs presque jamais rien à faire de leurs journées, à présent, quand ils se lèvent, la première chose est de s'occuper de l'animal, ils n'ont que ça à faire, je suis sûr qu'ils sont mieux traités là bas que dans certains foyers et bien mieux que dans la plupart des animaleries!

Je suis plutôt content que cette "zoothérapie" soit mise en place, que ce soit pour les animaux ou les détenus, je pense qu'il y aura moins de cruauté (j'ai pas dis inexistant) envers ces bestiaux à l'intérieur qu'à l'extérieur de ces murs. Espérons que cela dure et que ça donne de bons résultats!
Mitra a écrit:
il y a 6 ans
Bonjour,

c est une expérience en cour donc j attend les résultats.
mais je supose qu il y aura des correctifs a faire... on pourrait etre surpris de voir le pire détenus s occuper a merveille d un canaris et un jeune se prendre en main en éduquant un chien...en bref je suis content pour eux je sais le calme que les animaux apporte...si le projet est accepter je suggererais que cela devienne un privilege ... mais toutefois je lesserai les autres détenus approcher les animaux de ceux qui en ont...Ce post me donne le gout de jouer a un jeux semblable a ``simcity`` en tant que directeur d une prisson...vous avez vu la séris prison break?a+
Un ancien utilisateur a écrit:
il y a 6 ans
C'est clair. La vie d'un humain (même s'il a un casier judiciaire!) a plus de valeur qu'un cochon d'inde!
Clemou a écrit:
il y a 6 ans
Moi je pense que c'est une très bonne idée. Tout les prisonniers ne sont pas des sanguinaires. Et avant de s'inquiéter des conditions des animaux en prisons, peu-être faudrait-il penser au sort des prisonniers.
Solebo a écrit:
il y a 6 ans
idem pas trop d'opinion, mais ds ce millieu carcéral, je doute fort que les animaux soient dans les meilleures conditions!!!!!!!!!
il y a 6 ans
moi je n'ai pas tros d'avis :

pour : sa peut peut etre les aider

contre : les personne qui sont en prison ne sont pas tout blanc et je ne sais pas si il ont une réaction dangereuse du a leur passer ou au fait qu'ils sois enfermé sa peut peut etre metre en peril la vie des petits animaux
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)