Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

L'Europe des Lévriers : offrir une seconde chance aux galgos espagnols abandonnés

galogos lévriers espagnols

Depuis sa création voilà neuf ans, l'association L'Europe des Lévriers a sauvé des centaines de lévriers espagnols maltraités et abandonnés après une saison de chasse et promis à un bien triste sort dans leur pays. L'équipe de L'Europe des Lévriers tente d'offrir une seconde chance en France à ces chiens victimes d'une terrible cruauté.

Béatrice Monnet, Préisente d'EDL, et les autres membres de l'association, ont accepté de répondre aux questions de Wamiz. Ils nous parlent de la mission de L'Europe des Lévriers, son fonctionnement, ses plus belles victoires :

Quel est le rôle et comment fonctionne l’association L’Europe Des Lévriers ?

Créée en 2006, notre association aide les refuges espagnols en grande difficulté pour trouver des familles adoptantes françaises désireuses d’accueillir un lévrier abandonné. Chaque année, les lévriers galgos sont des milliers à être abandonnés et massacrés en Espagne. Ces lévriers sont utilisés pour une saison de chasse, puis abandonnés, parfois avec des méthodes très cruelles.

La plus courante consiste à les pendre tandis que les pattes arrières touchent encore le sol. L’agonie est plus longue.

En Espagne, il n’est pas dans les mœurs d’adopter des lévriers. Ils sont considérés comme des chiens de chasse et ne sont pas autorisés à entrer dans les maisons. Un lévrier n’a donc aucune chance de trouver une famille en Espagne, excepté auprès des chasseurs. Dans les fourrières, soit il est euthanasié, soit il retourne dans l’enfer de la maltraitance des chasseurs. C’est pourquoi les refuges espagnols se tournent vers les associations françaises pour les aider. Nous n’avons pas le même regard. En France, les lévriers sont considérés comme des chiens nobles et élégants. Ils se révèlent être de merveilleux animaux de compagnie, doux, dociles et très affectueux.

lévriers espagnols
Valeno et son copain Cluzo, deux galgos inséparables sur lesquels le sort s’acharne. Valeno a été attaché sur les rails de sécurité du milieu de l’autoroute de Madrid.
 

Tous les deux mois, nous allons en Espagne pour remonter des galgos de nos refuges partenaires. Auparavant, ils ont été vaccinés, pucés, stérilisés et testés aux maladies méditerranéennes. Ces galgos vont directement chez l’adoptant ou dans des familles d’accueil.
Nous avons des délégués dans la plupart des régions de France qui reçoivent les demandes d’adoption via notre site internet

Nous visitons systématiquement les familles avant adoption qui doivent répondre à certains critères comme une bonne hauteur de clôture. Notre rôle est de faire en sorte que l’environnement et le mode de vie de la famille corresponde au caractère et à l’âge du lévrier adopté. La plupart de nos galgos ont 2/3 ans.

Comment l’association est-elle née ?

L’Europe Des Lévriers est née d’une passion de la présidente pour les galgos. Elle était alors bénévole dans un refuge de la SPA. Un jour, un lévrier galgo croisé femelle a été trouvé agonisant à l’endroit où la veille il y avait un camp de gitans. La SPA l’a soigné, mais après plusieurs mois, elle était toujours si traumatisée qu’elle était inadoptable. A cette époque, les chiens étaient placés dans des courettes durant la journée et le soir, il fallait attraper cette pauvre levrette au lasso pour la faire rentrer dans son box car personne ne pouvait l’approcher.

Pour ne pas qu’elle soit euthanasiée, la présidente d’EDL l’a adoptée. C’est ainsi qu’elle est tombée sous le charme de cette race de lévrier. Cette relation a été si fusionnelle qu’elle a voulu en savoir plus sur son passé. Elle a alors découvert le terrible sort des galgos en Espagne. L’idée que ces chiens si sensibles et si gentils puissent être martyrisés lui a été insupportable. Elle a donc créé cette association pour en sauver le plus possible.

Combien de chiens ont pu être sauvés grâce à l’association ?

L’Europe des Lévriers a sauvé plus d’un millier de galgos depuis sa création. Nous sommes constamment à la recherche de nouveaux adoptants, mais ils sont de plus en plus rares. On dit que l’ensemble des associations européennes ne sauvent que 10 % des galgos massacrés chaque année en Espagne. C’est un puits sans fond. Les chasseurs les font reproduire à outrance pour avoir plus de choix. Ils se débarrassent de ceux qu’ils ne veulent pas comme on jette un fusil inutile. Les galgos ont si peu de valeur à leurs yeux qu’ils disent qu’ils ne valent même pas le prix d’une balle d’un fusil.
 

Le problème est que la chasse est réglementée différemment selon les provinces espagnoles. Chacun fait un peu ce qu’il veut dans ce domaine sans pouvoir d’intervention de la part du gouvernement. Dans certaines provinces, comme l’Andalousie ou l’Extremadura, le lobby des chasseurs fait la loi. D’ailleurs, la plupart des notables sont des galgueros. Quand une bénévole d’un refuge dépose une plainte pour maltraitance envers un galgo, elle va directement à la poubelle.

Quel est le parcours d’un Lévrier pris en charge par l’association ?

Les galgos sont soit récupérés errants, soit amenés par leur galguero au refuge. Parfois, le refuge sort des galgos des fourrières pour leur sauver la vie. Ensuite, ils nous envoient leurs photos avec une description de leur caractère. A Madrid, notre vice-présidente veille au contrôle sanitaire et sert d’intermédiaire avec la France. Ensuite, nous allons les chercher dans les refuges tous les deux mois, puis nous les plaçons directement chez l’adoptant ou dans des familles d’accueil. Nos délégués régionaux s’occupent de gérer les adoptions et de faire le suivi.

Pouvez-vous nous raconter l’histoire d’un chien vous ayant particulièrement touchée ?

Coral est une petite galga qui a vécu toute sa vie attachée à un vieux tonneau. Son galguero l’a utilisé pour la reproduction, puis il nous a appelé pour qu’on l’en débarrasse. La pauvre petite n’arrivait pas à tenir sur ses pattes car elle n’avait pas marché depuis trop longtemps. Ce sauvetage a été très émouvant. Pour comble, elle était positive à la leishmaniose. Elle n’avait vraiment pas de chance. Nous l’avons mise en famille d’accueil pendant plusieurs mois pour lui apprendre à vivre normalement et elle a fini par être adoptée.

 

Il y aussi l’histoire de Valeno. Nous étions à Madrid sur l’autoroute du retour vers la France. Soudain, nous avons vu ce galgo attaché sur le rail de sécurité du milieu. Il était terrorisé. Son galguero l’avait mis là pour qu’il se fasse écraser. Aujourd’hui, sa maîtresse est en fin de vie et il cherche de nouveau une famille. Il n’a vraiment pas de chance. Nous avons eu aussi le cas de cette galga qui avait été attachée sur les rails de chemin de fer. Il y avait un grillage qui nous empêchait d’y accéder. Finalement, nous avons réussi. 10 mn après, le train passait…

Il y a eu aussi cette histoire incroyable : une galga a été jetée vivante au fond d’un puits. Il y avait de l’eau au fond et elle luttait pour ne pas se noyer. Elle hurlait et quelqu’un l’a entendue. Les pompiers sont venus. Ils ont jeté une corde pour descendre la chercher, mais à la stupéfaction de tous, la galga a attrapé la corde dans sa gueule et ils ont pu la remonter comme ça. Elle était si terrorisée qu’il a fallu un peu de temps pour la lui faire lâcher (voir photos). Il nous arrive assez souvent de sauver des galgos jetés au fond d’un puits ou qui ont réussi à se dépendre. Ce sont toujours des cas très émouvants.


Le sauvetage d'une galga jetée au fonds d'un puits

Pouvez-vous nous en dire plus sur le programme mis en place avec la maison d’Arrêt de Pau ?

Notre déléguée du sud-ouest est intervenue à la maison d’Arrêt de Pau pour des moments d’échanges avec les prisonniers. Ils pouvaient caresser les galgos (qui ne demandaient que ça) et ils étaient sensibles à leur histoire. Le but était de faire éprouver des émotions positives à des personnes au lourd passé.

Comment peut-on aider L’Europe des Lévriers ?

Nous recherchons avant tout des adoptants. Le lévrier est très affectueux et proche de son maître, docile et obéissant. Un élégant aristocrate, calme à la maison, curieux à l’extérieur, qui aime se prélasser sur les canapés pendant des heures. Bien sûr, il faut qu’il se défoule une fois par jour lors d’une belle balade. Impossible de ne pas tomber amoureux d’un galgo.

Nous avons aussi besoin de bénévoles pour organiser des manifestations autour du lévrier, toujours dans le but de trouver des adoptants.


Catalina, 4 ans, est encore au refuge en Espagne. Comme beaucoup de galgos en Espagne, elle souffre d'une fracture à la patte qui ne peut plus être soignée.


Et puis, bien sûr, nous avons besoin de fonds car les frais vétérinaires coûtent très chers. Nous avons pris le parti de sauver tous les galgos qui arrivent dans nos refuges partenaires, y compris les vieux et les malades. Ces lévriers qui ont souffert toute leur vie ne méritent-ils pas un peu de bonheur ?

Quels conseils donneriez-vous à une personne ou une famille souhaitant adopter un galgo ?

Les gens ont tendance à adopter de façon impulsive via internet. Avant de s’engager, ils doivent se demander s’ils ont l’environnement et le mode de vie adequats pour rendre heureux un galgo. Ces lévriers sont des chiens rustiques qui aiment vivre à la campagne. Ce sont aussi des chiens de meute qui n’aiment pas trop la solitude. Ils savent rester seuls mais pas trop longtemps. Un galgo ne peut pas rester seul huit heures d’affilée. Il faut aussi une bonne clôture d’au moins 1m60. Ce sont des chasseurs qui ont été dressés pour cela. Leur instinct est de courir après tout ce qui bouge, car les lévriers chassent à vue (contrairement aux autres chiens de chasse qui utilisent leur flair). Si l’adoptant a des poules en liberté ou des chats qui vont à l’extérieur, c’est très risqué.

En revanche, la plupart de nos galgos vivent en parfaite harmonie avec des chats en intérieur. Les galgos sont aussi d’excellents compagnons des enfants car ils sont doux et sans aucune agressivité. Ils adorent les canapés et les épaisseurs moelleuse car ils n’ont pas de graisse. Une fois à la maison, il faut les laisser venir à vous et non pas chercher à tout prix à les caresser. Les galgos sont d’un naturel réservé envers les inconnus, mais ils se révèlent ensuite très fusionnels. Avoir deux lévriers et les regarder vivre et courir, c’est le bonheur suprême.

> Pour en savoir plus sur l'Europe des Lévriers et lui venir en aide, rendez-vous sur le site de l'association.

Crédits photo : L'Europe des Lévriers

2 commentaire(s)

Michellou a écrit:
il y a 1 an
Ils n'ont pas de coeur ces gens là !! en plus ils les font souffrir et mourir atrocement ! heureusement que cette association est là pour les sauver ! Mon Dieu que les humains sont moches et cruels !!
il y a 1 an
Nous avons adoptés un lévrier rescapé de la Floride , bonne bête très très douce avec nos chats.
Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)