Le site des animaux de compagnie
  • Se connecter
  • Devenir membre
  • Wamiz Box
Race de chien :

Dignami : accompagner les animaux de compagnie dans leur dernier voyage

Lundi 04 Novembre 2013 |
chien coucher de soleil mer

Dignami, c'est le nom d'une entreprise née voilà plus de deux ans à Boulogne Billancourt, en Ile-de-France. Son rôle ? Offrir un service funéraire respectueux et digne aux animaux de compagnie, véritables membres de la famille, afin de leur rendre un beau dernier hommage, et d'aider leurs maîtres à faire leur deuil.

Laurence Raigneau, la créatrice de ce service de pompes funèbres animalières, a accepté de répondre aux questions de Wamiz.

Elle nous en dit plus sur les différentes possibilités qui s'offrent aux propriétaires d'animaux lorsque leurs fidèles compagnons les quittent, sur la façon dont lui est venue l'idée de créer Dignami, et la manière dont elle accompagne chiens, chats et autres poilus dans leur dernier voyage.


Comment vous est venue l’idée de créer cette entreprise ?

Je ne suis pas issue du milieu funéraire (totalement inconnu pour moi) et j’étais, avant de créer Dignami, cadre dans une grande société d’électronique grand public. Lors de mon congé maternité, je suis tombée par hasard sur des urnes pour animaux de compagnie. J’ai alors repensé à la douleur que j’ai ressentie (et à cette sensation d’incompréhension face à ma douleur) lors de la perte de mes chats et de mes chiens (j’ai malheureusement connu le décès de mes 5 chats et 2 chiens qui m’ont accompagnée pendant une grande partie de ma vie). Je me suis alors demandé s’il existait des services funéraires dignes de ce qu’ils représentent pour nous et de ce qu’ils méritent.

Je n’ai trouvé aucun service funéraire que corresponde à ma façon de voir les choses, avec un accompagnement vraiment individuel, personnalisé, respectueux et digne. J’ai donc décidé que si ça n’existait pas comme moi je le concevais, j’allais le proposer moi-même. J’avais par ailleurs conscience que ce métier « collait » à mon caractère. C’est ainsi que Dignami est né.

Ce métier n’est-il pas trop difficile ? Des animaux morts, des personnes en deuil ?

Ce n’est pas un métier facile bien sûr car émotionnellement touchant. Je pense par ailleurs qu’il est difficile de faire ce métier correctement si l’on est pas passé par là soi-même. Les animaux morts ne sont pas un problème pour moi car ce ne sont pas de « cadavres » mais d’une « Princesse » ou d’un « Goliath » avec son histoire, son foyer…etc dont je m’occupe.

Plein de professionnels animaliers adorent s’occuper d’eux, et je le comprend et le partage. Moi, je le fais de la même façon pour eux, sauf que c’est dans une étape différente de leur voyage et ils méritent tout autant qu’on leur donne la même attention à ce moment-là. Quant aux familles en deuil, je suis là pour les accompagner dans ces moments difficiles. Tout est ensuite une question de savoir se positionner par rapport à eux : je suis là pour eux, j’ai une compassion sincère pour eux mais je dois aussi respecter leur intimité et leur deuil en restant en retrait. Je ne peux pas alléger leur souffrance mais je peux faire en sorte, à mon humble niveau, de leur apporter un peu de réconfort en leur garantissant que tout ce passe comme ils le souhaitent.

Est-il possible d’enterrer son animal dans son jardin ?

Contrairement à ce que beaucoup de personnes pensent, il est en effet possible d’enterrer son animal dans son jardin. Il est vrai cependant que la réglementation est très restrictive : il faut que l’animal soit enterré à plus de 35 mètres d’une habitation ou d’un point d’eau (attention, cela est valable pour son habitation mais aussi par rapport à celle des voisins) , avec une profondeur de 1,20 mètres, recouvert de chaux vive si il n’est pas en cercueil et il est obligatoire qu’il pèse moins de 40 kilos.

Combien d’animaux avez vous accompagnés ?

Depuis la création de Dignami il y a environ 2 ans et demi, j’ai accompagné près de 400 animaux de compagnie sur l’Ile de France. Il s’agit principalement de chiens et de chats (avec légèrement plus de chiens) mais j’ai également accompagné des « NAC » (rats, furets, hamsters, lapins) ou oiseaux. J’ai même pris une fois en charge une chèvre naine domestiquée.

Quand son animal meurt, quelles démarches doit-on suivre ?

Quand son animal décède, la première étape est de faire en sorte qu’il ne reste pas trop longtemps exposé à une température ambiante élevée. S'il décède chez un vétérinaire, il sera installé en chambre froide ; libre aux propriétaires de décider ensuite du service funéraire qu’ils souhaitent lui offrir. Si il décède à domicile, il faut l’installer assez rapidement dans une pièce / un lieu frais, le temps de s’organiser. Le propriétaire a ensuite le choix de l’emmener chez le vétérinaire, dans un crématorium animalier ou auprès de services funéraires pour animaux. Quels que soient les personnes citées, toutes sont équipées de chambres froides le temps que le service funéraire ait lieu.

A quel moment prenez-vous en charge l’animal décédé ?

Dignami prend en charge l’animal quel que soit le lieu du décès, que cela soit à la clinique vétérinaire ou à domicile et ce le plus rapidement possible après que les personnes m’ont contactée ; nous voyons ensemble par téléphone l’organisation et les délais d’intervention. Si il s’agit d’une euthanasie prévue avec le vétérinaire, le mieux est de nous contacter dès que le rendez-vous est pris auprès du vétérinaire pour que tout soit organisé le jour J. Cela peut-être important pour des familles qui souhaitent par exemple que le service funéraire ait lieu juste après.  

Que faites-vous des dépouilles des animaux ?

Les animaux décédés sont pris en charge individuellement et transportés en cercueil. Ils seront ensuite en chambre froide si le service funéraire n’a pas lieu le jour même de l’intervention. Ensuite, je prodigue des soins à l’animal  pour que les propriétaires qui  souhaitent le revoir pour un dernier au revoir puissent le faire en gardant une belle image, apaisée. Je ne pratique pas de thanatopraxie  mais je leur fait une toilette pour qu’ils soient bien pour leur dernier voyage et que le dernier au revoir se passe dans les meilleures conditions possibles.

Est-il obligatoire de faire incinérer ou d'enterrer un animal ?

Il n’est pas obligatoire d’incinérer son animal ou de l’enterrer. Par contre, il est interdit de le jeter dans une poubelle (et cela arrive !) ou de l’enterrer dans un lieu public. Si les personnes ne souhaitent ni l’incinération, ni l’enterrement, il reste l’équarrissage mais cela ne se pratique quasiment plus pour les animaux de compagnie. Il existe plusieurs choix qui s’offrent aux propriétaires d’animaux de compagnie :

-    l’incinération collective (différente de l’équarrissage) :  les animaux de compagnie sont incinérés à plusieurs et on ne peut pas récupérer les cendres
-    l’incinération individuelle : chaque animal de compagnie est incinéré seul et l’on peut récupérer ses cendres
-    l’enterrement sur un terrain privé en suivant la réglementation mentionnée avant
-    l’enterrement dans un cimetière pour animaux.

Peut-on garder les cendres de son animal chez soi ?

Oui, on a tout à fait le droit de garder dans une urne les cendres de son animal chez soi (ce qui n’est plus possible pour les humains). Si les personnes ne le souhaitent pas, elles ont toujours la possibilité d’enterrer l’urne dans un jardin privé (et là il n’y a aucune contrainte réglementaire) ou de disperser les cendres dans un jardin privé ou dans le jardin du souvenir d’un cimetière animalier.

Comment se déroule une cérémonie funéraire pour animaux ?

Que ce soit pour un enterrement ou pour une incération, le service de Dignami comprend :
-    sa prise en charge de façon individuelle à domicile ou à la clinique vétérinaire
-    son transport individuel en cercueil
-    la possibilité, si les propriétaires le souhaitent, de le revoir dans notre salon du recueillement et passer un moment avec lui pour un dernier au revoir. Cela n’est pas obligatoire mais peut beaucoup aider les personnes qui en ont besoin
-    son transport individuel en cercueil au crématorium ou au cimetière animalier.
Ensuite, s’il s’agit d’une incinération individuelle, j’accompagne personnellement l’animal dans toutes les étapes (mise à la flamme, fermeture du four, retrait des cendres, mise dans l’urne). Les propriétaires peuvent également m’accompagner s’ils le souhaitent. Si ils ne le souhaitent pas, je leur ramène l’urne chez eux pour leur remettre les cendres de leur animal en mains propres.

S’il s’agit d’un enterrement, je m’occupe de tout également. A savoir, en plus des services présentés avant : l’organisation, les formalités, la fourniture du cercueil…etc.

Il est également possible d’avoir ces prestations (prise en charge, préparation, recueillement, transport ) pour un enterrement en terrain privé ou pour une incinération collective.

Combien coûte cet accompagnement ?

Pour une incinération individuelle personnalisée, le service complet, présenté avant, coute : 175€ (pour un NAC), 255€ pour un chat et à partir de 290€ pour un chien de petite ou moyenne taille.

Pour un cercueil, cela varie beaucoup en fonction du style, du matériau et de la taille. Pour un enterrement en cimetière animalier en Ile de France, il faut compter tout compris ( service funéraire, concession, enterrement, cercueil) au minimum 500 – 600€.
 

> Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site internet de Dignami.

0 commentaire(s)

Réagissez ! Soyez le premier à donner votre avis !

Pour rédiger votre propre commentaire, vous devez vous connecter ou vous inscrire
Sélectionner une Race de chien :
b Partager sur Facebook
Wamiz est gratuit grâce à la publicité, si vous aimez Wamiz merci de ne pas bloquer les pubs ;-)